Pêche : Réunimer demande 5000 euros par jour de blocage de l'Ile Sainte-Marie"

REGION Réunion - 20/02/2019 21:45:00


Tribunal de grande instance. Hier après-midi, Bertrand Baillif, président du comité des pêches et Yannis Latchimy étaient assignés au tribunal de grande instance par le groupe Réunimer qui a formé un référé d'heure en heure. Le groupe de pêche les accuse de bloquer la débarque du bateau de charge battant pavillon malgache "Ile Sainte-Marie" qui a accosté vendredi 15 février au Port Ouest. Il réclame la libération des lieux et une astreinte de 5000 euros par jour de retard dans l'exécution de la décision.

Rarement référé avait attiré autant de monde : entre les pêcheurs venus en soutien et quelques gilets jaunes, une cinquantaine de personnes étaient présentes dans la salle d'audience. "Je n'ai jamais vu ça. Enlevez vos gilets jaunes, sinon je fais évacuer la salle : on n'est pas dans une salle pour faire du cinéma", attaque d'emblée le président. Le ton est donné.

"Il y a 15 000 euros de marchandise perdue. Le conseil de M. Baillif participe à mettre le désordre. En fait, on veut détruire un petit groupe qui a grossi et qui dérange. Le bateau ne peut pas faire sa débarque alors que la direction du Travail n'a fait aucune objection. Mais ça ne leur appartient pas, ils n'ont pas à faire se faire justice", déclare Me Frédéric Marionneau, représentant de Réunimer.


"on demande le respect de la règlementation"

Pour Me Vincent Hoarau, avocat de Bertrand Baillif, l'assignation et les constats d'huissier sur les quais n'ont pas respecté la procédure. "M. Baillif n'a jamais interdit aux salariés de Réunimer de débarquer le poisson. Cette assignation est faite pour faire peur et montrer les gros bras. On veut clouer au pilori M. Baillif parce qu'il est le patron des pêcheurs", insiste Me Hoarau qui demande la nullité des constats. "C'est clairement un abus d'ester en justice car il n'y a jamais eu de trouble manifestement illicite. Nous demandons 10 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 10 000 euros de frais de procédure."

"Je n'ai jamais bloqué le bateau : le filet et les palettes placées devant étaient symboliques", ajoute Yannis Latchimy qui avait choisi de se présenter sans avocat. "On ne demande rien de plus que le respect de la réglementation. Ce bateau a déjà fait l'objet de trois procédures pour trafic de drogue et il n'est contrôlé par personne. Or toute importation de marchandise d'origine animale d'un pays étranger doit faire l'objet d'un contrôle par passer par le PIF (poste d'inspection aux frontières) au Port Est", explique Bertrand Baillif.

La débarque ayant pu avoir lieu hier finalement, l'astreinte ne pourra pas être réclamée à Bertrand Baillif et à Yannis Latchimy. La décision sera rendue cet après-midi.



REGION Réunion



Hôtel de Région Pierre LAGOURGUE
Avenue René Cassin Moufia B.P 67190
97801 SAINT DENIS MESSAG CEDEX 9
Tél : 02 62 48 70 00

Corine Peyron Beaulieu

Directeur de la Communication
cpeyron@me.com

SITE INTERNET


Didier Robert
Président