Universalité : La Sérenissime Venise libère sa lagune des navires gigantesques et l'Egypte accueille Audrey Azoulay pour sa 1ère visite de son patrimoine millènaire

UNESCO - Organisation des Nations Unies pour l'Education la Science et la Culture - 06/04/2021 14:45:00

L'UNESCO se réjouit de la décision du gouvernement italien d'interdire l'accès des grands navires de croisière à la Lagune de Venise. Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a exhorté l'Italie dès 2014 à interdire aux grands navires et aux pétroliers d'entrer dans la lagune de Venise. Allant parfois jusqu'à 40 000 tonnes, ils fragilisent la lagune de Venise et son équilibre écologique. Le décret-loi annoncé par le Gouvernement italien constitue ainsi une étape très positive dans la mise en oeuvre des recommandations formulées par le Comité du patrimoine mondial.

Alors qu'une mission consultative UNESCO/ICOMOS/Convention de Ramsar, conduite en janvier 2020, a estimé que la redirection des navires de croisière vers un terminal provisoire dans le port de Maghera ne pouvait être qu'une solution temporaire, l'Organisation restera également attentive aux solutions mises en place par l'Italie, qui envisage notamment les possibilités d'utiliser les canaux existants (le canal industriel vers Port Marghera et le Canale Vittorio Emanuele III) pour contourner le centre historique.

Dans l'esprit de la campagne internationale de sauvegarde lancée après les inondations historiques de Venise en 1966, l'UNESCO fournira toute l'assistance et le soutien nécessaire à l'Italie afin de protéger sur le long terme la valeur universelle exceptionnelle de ce bien du patrimoine mondial.

Venise, l'une des plus belles villes historiques du monde et site emblématique du patrimoine mondial depuis 1987, est menacée sur plusieurs fronts depuis de longues années. Elle fait face à de problèmes complexes et systémiques, tels que l'impact des marées et mouvements sous-marins sur les fondations des bâtiments historiques, les effets négatifs induits par l'homme sur l'écosystème de sa lagune, et la transformation de son habitat historique vernaculaire pour des raisons commerciales et touristiques entrainant l'exode des habitants, entre autres.... Bien avant la crise de la COVID-19, le tourisme de masse, notamment de croisière, était également une menace importante pour la ville et son environnement.

La Directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay se rend en visite officielle pour la première fois en Egypte du 3 au 5 avril pour célébrer le riche patrimoine historique du pays et soutenir sa préservation, notamment face aux défis d'un développement urbain et touristique durables.

Elle se rendra notamment à la cérémonie du transfert des momies du Musée du Caire au Musée national de la civilisation égyptienne.

Voir entrer ces momies dans le nouveau Musée national de la civilisation égyptienne, les savoir désormais plus accessibles au monde, est l'aboutissement d'un long travail pour mieux les conserver et mieux les exposer. L'émotion va au-delà d'un simple déplacement de collection. Sous nos yeux défile l'histoire de la civilisation égyptienne.

Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO

La Directrice générale de l'UNESCO visitera la ville et ses lieux emblématiques avant de se rendre à Assouan.

Des relations fortes lient l'UNESCO et l'Égypte, notamment depuis le sauvetage des monuments de Nubie à Abou Simbel (1963-1968) qui est à l'origine de la Convention du patrimoine mondial de l'UNESCO, établie en 1972. L'Égypte est un partenaire solide de l'Organisation dans tous les domaines de son mandat ; la culture, la science et l'éducation, et participe activement aux travaux sur les enjeux du futur tels que l'intelligence artificielle ou la science ouverte et la Priorité Afrique.