Entretien avec Manon Dumas Directrice du Centre Culturel Canadien à Paris

Ambassade du Canada - 17/05/2018 16:39:10

Entretien avec Manon Dumas Directrice du Centre Culturel Canadien à Paris

Interviewée au Press Club de France, elle nous parle du Centre Culturel Canadien qui fêtera ses 50 ans et un tout nouveau centre culturel au coeur de la capitale.

Vous dirigez aujourd'hui le Centre Culturel Canadien à Paris. Auparavant, quel fût votre parcours ?

J'ai un parcours de diplomate. En effet, ce poste est diplomatique car notre centre culturel à Paris est un outil de notre diplomatie culturelle il est unique dans notre réseau. Pour cette raison, il est entièrement financé par le ministère des Affaires mondiales du Canada. Nous développons de plus en plus la diplomatie culturelle à travers le réseau de nos missions à l'étranger et notamment avec des locaux adaptés dans d'autres capitales européennes, comme Londres ou Berlin.
Mes goûts personnels m'amènent vers le théâtre que j'ai pratiqué et vers la culture de façon générale. Car elle est une expression spécifique de l'humanité et permet de créer des relations formelles et informelles entre les pays et les peuples.


Quelles sont les particularités et les activités du centre culturel ?

Notre Centre est ouvert de façon constante au public.
Bien sûr, ses activités et thèmes de prédilection ont évolué avec le temps. La force de notre centre est les arts visuels et un focus particulier sur l'art contemporain.

Nos activités se divisent en trois grandes composantes.

La première concerne les activités intra-muros. C'est-à-dire les programmations dans notre centre. En premier lieu, les arts visuels avec deux à quatre programmations par an, les cycles de musique de différent type : jazz, classique, etc. Puis le cinéma avec des documentaires et des courts métrages réalisés par l'Office National du Film Canadien.
D'autres activités sont aussi programmées. En 2017, lorsque les Grands Ballets Canadiens de Montréal se présentaient au théâtre de Chaillot, cela nous a donné l'occasion de développer le thème de la danse thérapie qu'affectionne le ballet et sur lequel nous avons réalisé un séminaire au Centre. De plus, nous profitons des grands évènements parisiens pour inviter un artiste canadien qui en est participant. Cela a été le cas en 2016 à l'occasion de Paris-Photo avec notre grand photographe de la nature et de l'environnement, Edward Burtynsky qui, à l'instar de Yann Arthus Bertrand, fait un focus sur l'impact de l'activité humaine sur l'environnement.

Du côté littéraire, nous avons reçu en 2017 le frère de Justin Trudeau, Alexandre Trudeau, écrivain au Canada, pour son livre sur la Chine.


Notre second volet d'activités est « hors les murs ». Pour ce faire, de nombreux partenariats sont établis avec de grandes institutions culturelles canadiennes de danse, musées, etc. Ainsi, cette année, nous avons participé à une rétrospective à Nice au MAMAC sur une artiste originaire de la Colombie Britannique, Liz Magor. Nous nous associons aux grandes foires comme la FIAC, le Salon des Beaux-Arts, Paris Photo, etc. Notre objectif est d'appuyer nos artistes canadiens exposant en France et les galeries qui les accueillent, à Paris ou hors de la capitale. Nous aidons nos artistes à établir des liens avec les institutions françaises.

Dans ce sens, nous sommes aussi partenaires du Festival du Film Canadien de Dieppe, par exemple . En effet, les liens entre la Normandie et le Canada sont forts pour des raisons historiques. Nos partenariats récents incluent aussi le Festival du Film de Femmes de Créteil qui s'est déroulé en mars dernier.
Notre troisième volet est la promotion culturelle des activités canadiennes en France. Pour ce faire, outre des partenariats de visibilité, nous publions des newsletters et calendriers relatant nos activités.

Votre programmation porte-t-elle aussi sur les arts anciens du Canada et sur les arts traditionnels ?

Nous privilégions l'art contemporain et la création tout en valorisant l'art des peuples autochtones. En effet, nous souhaitons mettre toute notre attention sur ce volet important de notre culture et, récemment, l'intérêt qui leur est porté ne cesse d'être mis en valeur. C'est ainsi que Kent Monkman, artiste canadien important d'origine Crie, a créé des oeuvres pour notre inauguration, le 17 mai dans une exposition intitulée Beauty and the Beasts / La Belle et la bête.

On y trouvera aussi des oeuvres de cet artiste empruntées au Musée des Confluences à Lyon. Son art est porteur de messages et de questionnements sur nos premières nations et les défis auxquels ils ont été confrontés, notamment la colonisation.
En septembre, nous accueillerons Maria Hupfield, artiste autochtone également.
Nous avons aussi été très heureux récemment de pouvoir mettre en valeur nos impressionnistes. Il en est ainsi du « Groupe des 7 » dons les oeuvres de certains de ces membres ontété exposées au Musée d'Orsay en 2017 dans le cadre de l'exposition « Le paysage mystique de Monet à Kandinsky ».

Vous déménagez prochainement et avez une nouvelle ambassadrice en France. Est-ce une période importante pour le Centre ?
C'est en effet une période importante pour notre Centre et pour le Canada. Jusqu'en avril dernier, le Centre se trouvait au 5, rue de Constantine dans le 7ème arrondissement et nous inaugurons notre nouveau Centre le 17 mai prochain au 130, Rue du Faubourg Saint-Honoré dans le 8ème. Nous déménageons avec la Chancellerie près de la résidence de l'ambassadrice. Ceci représente pour nous de nouveaux espaces, plus modernes et adaptés aux expositions et par la création d'un auditorium d'une centaine de places avec une scène adaptée et un équipement moderne. La galerie d'exposition est d'environ 160 m2 sur deux étages avec une verrière d'où nous voyons la Chancellerie. C'est spectaculaire.
Notre nouvelle ambassadrice en France, Madame Isabelle Hudon, est issue du secteur privé. Elle s'est donnée 3 priorités Outre les relations commerciales entre la France et le Canada et la place des femmes dans les postes de direction des entreprises, la culture est le domaine dans lequel elle souhaite que le Canada marque son empreinte.

Comme vous le voyez, nous nous développons, sommes très présents sur la scène culturelle française en toute unité et développons sans cesse de nouveaux projets - une grande vitalité à l'image de notre pays.

Entretien avec JEAN FRANCOIS PUECH directeur de la rédaction de NEWS Press