Le Viagra : nouvelle piste contre la transmission du parasite du paludisme ?

Institut Pasteur - 19/05/2015 12:55:00


En augmentant la rigidité des globules rouges infectés par l'agent du paludisme, le Viagra favorise leur élimination de la circulation sanguine et pourrait donc réduire la transmission du parasite de l'homme au moustique. Cette étonnante découverte, réalisée par des chercheurs du CNRS, de l'Inserm et de l'Université Paris Descartes - à l'Institut Cochin - et de l'Institut Pasteur, en collaboration avec une équipe de la London School of Tropical Medicine and Hygiene, pourrait être à l'origine d'un traitement réduisant la propagation du paludisme dans la population. Leurs travaux sont publiés dans la revue PLOS Pathogens le 7 mai 2015.

Plasmodium falciparum, le parasite responsable du paludisme, a un cycle de développement complexe se déroulant pour partie chez l'homme et pour partie chez le moustique anophèle. Les traitements contre le paludisme ciblent les formes asexuées de ce parasite, responsables des symptômes, mais pas les formes sexuées transmises de l'homme au moustique lors d'une piqûre. L'éradication de cette maladie nécessite donc le développement de nouveaux types de traitements contre les formes sexuées du parasite pour bloquer cette transmission et ainsi éviter la dissémination du parasite dans la population.

Les formes sexuées du parasite se développent chez l'homme dans des globules rouges séquestrés dans la moelle osseuse avant d'être libérés dans le sang. Ils sont alors accessibles aux moustiques qui peuvent les absorber lors d'une piqûre (voir le haut de l'image page 2). Or, les globules rouges circulants, parasités ou non, sont déformables, ce qui évite leur élimination par la rate : cet organe, qui filtre le sang en permanence, ne retient en effet que les globules rouges rigides, vieux ou anormaux. Mais les globules rouges parasités, déformables, traversent aisément la rate et persistent plusieurs jours dans la circulation sanguine.

Dans une nouvelle étude, des scientifiques ont donc cherché à rendre plus rigides les globules rouges infectés. Ils ont montré que la déformabilité du globule rouge parasité est régulée par une voie de signalisation impliquant l'AMP cyclique. Quand les molécules d'AMP cyclique s'accumulent, le globule rouge devient plus rigide. Or, l'AMP cyclique est dégradé par des enzymes appelées phosphodiestérases, qui favorisent donc par leur action la déformabilité des globules rouges.

(...)